Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 20:03

Canoeing.svg.med-copie-1

 

 

 

Descente en groupe de la rivière l'Allier dans sa partie haute (Massif Central). De Prades à Lomenede, 4 jours de randonnée en autonomie presque complète.

Vidéo dans la suite de l'article

 

 

 

L'allier en canoë (canoe-kayak)

 

catégories Prades-Langeac II(3)  Langeac-Lomenède II I
Parcours Prades - Lomenède
Distance 45kms
Canoës Gonflable KKC335 et canoë "Old Town"

 

 

panneau-cour-eau-riviere-l-allier.png

 

  les photos s'agrandissent en cliquant (Photos Mathieu)

 

Je n'avais encore jamais expérimenté le transport du canoë par le train, et ce matin, dans la petite gare de mon bled paumé, je suis harnaché d'une multitude de sacs contenant non seulement mon moyen de transport pour les 5 prochains jours mais aussi tout le nécessaire pour bivouaquer! C'est lourd mais je n'ai qu'une heure de train. A la gare d'arrivée je retrouve Mathieu et nous partons ensemble retrouver Christophe, le troisième comparse de cette virée nautique. Sept heures de voiture plus tard nous voici au coeur du Massif Central dans le petit village de Prades (43) sur les rives du Haut-Allier. La nuit est déjà tombée et il pleut mais cela ne nous empêche pas de sentir les montagnes et d'entendre la rivière au loin. En quête d'un terrain plat pour monter les tentes nous nous retrouvons rapidement sur un pâturage au dessus du village. Un bon dîner et je m'endors au son des gouttes de pluie qui résonnent sur la toile de tente.



Jour 1: Le baptême.



A mon réveil le jour se lève et je découvre enfin où nous sommes. Une longue pelouse humide s'étale devant nos tentes, tout autour c'est la vallée de l'Allier qui sort de la brume petit à petit, laissant apparaître les montagnes, la rivière et la voie de chemin de fer qui serpentent en contrebas et s'enfoncent dans les gorges, face à moi une cascade chute de plusieurs mètres dans un méandre de l'Allier. Les collègues dorment encore et je décide d'aller voir tout au bord de la falaise. Un rapace qui nichait à flanc de paroi s'envole à mon arrivée et tournoie au dessus de moi, je retrouve toutes les sensations de l'Himalaya en contemplant les gorges disparaître au fond de la montagne, noyées dans cette petite brume mystique. Il fait froid mais cela ne me dérange pas, la beauté du lieu suffit pour me réchauffer, I'M ALIVE! Deux heures et un petit déj plus tard nous voici au pied du Pont de Prades avec nos embarcations: mon fidèle KCC335 et le "Old Town" de Chris. En enfilant ma combi face au thermomètre de la voiture qui affiche 4° j'me demande quand même si on n'est pas en train de faire une connerie… mais comme tout le monde j'évite d'en parler! La rivière est une classe ll  avec des passages en lll, un débit de 40m3/sec, c'est de la  Withewater et je ne m'y connais pas trop… Cela ne ressemble pas vraiment à l'Aube, la Seine ou la Loire. Mais bon, à 11H on embarque quand même. Et là, tout devient magique: le canoë file à une allure incroyable au milieu de vagues toutes plus grosses les unes que les autres, les embruns et le vent vous fouettent le visage, des roches énormes semblent vous frôler à toute allure et le petit plus magique que j'attendais depuis plusieurs randos: la rivière est en pente!!! Je pétoche un peu mais c'est tellement stimulant que j'affiche un sourire béat tel un enfant qui reçoit le cadeau tant convoité. Je kiiiiiiiiife! On nous avait prévenus que le premier rapide était un peu délicat, mais alors là: « fingers in the nose » le premier rapide, "envoyez moi les autres rapides, je suis prêt!!" Sauf que le premier rapide, eh bien on ne l'a pas encore passé… Il est un peu plus loin le premier rapide. Juste après le virage… Par bonheur, les autres qui, eux, ont bien capté où il se trouvait, me suggèrent de faire une petite reco à pied avant de se jeter dedans. Quand je découvre la 'bête' j'ai un long temps d'arrêt avant de déglutir un bon coup! D'accord, d'accord… c'est donc cela du classe III. Un superbe drossage dans un virage vraiment en pente et une vague imposante en sortie avant de se jeter dans un grand bassin plus bas. L'eau arrive tellement vite sur les parois rocheuses qu'elle remonte un mètre cinquante plus haut que le lit, formant une autre vague dans le virage. Ah ! tu voulais des sensations, et bien les voila! A partir de maintenant je sais que la caméra vidéo ne va pas souvent sortir de son bidon de transport. Priorité à la sécurité!. On définit ensemble le tracé idéal pour ressortir sec et sur son canoë et quand j'entend l'équipe "Old Town" parler de l'éventualité d'un portage je dit tout de go "Moi, j'y vais en premier! Vous gérez ma sécu et je ferai pareil pour vous…" Sous mon gilet de sauvetage j'ai l'impression que mon coeur bat à tout rompre. Mais je me jette quand même avec succès sur ces vagues. Ouf, ça passe, le canoë est bien chahuté mais ressort sans encombres malgré les 20 litres d'eau supplémentaires recueillis au passage. Le canoë vert s'en sort aussi très bien malgré un tangage des plus acrobatiques.

Là j'me dit que si on a passé celui-ci, les autres rapides vont se faire sans problèmes... Un peu plus tard, alors que nous descendons un train-de-vagues imposant, j'entends un cri dans mon dos, le 'Old Town' coule et ses occupants découvrent les joies de la brasse en eau froide. Récupération des quelques affaires qui partent dans le courant  et on tente tant bien que mal de sortir le canoë avant qu'il ne sombre. Par chance une petite crique protégée du courant nous accueille pour la pause casse-croûte. Une grande roche à l'abri du vent me permet d'allumer un bon feu pour les collègues grelottants. A la fin d'un bon repas la rivière nous fait un petit cadeau : une canette de bière au logo vert, non décapsulée, flotte devant mes yeux!!! La date de conso est toujours bonne… et hop: trois gorgée de bière chacun avant de rembarquer. L'après-midi sera prudent: les gars qui ne sont pas encore vraiment réchauffés ne veulent surtout pas replonger. Malheureusement, alors que nous cherchons le coin idéal pour le bivouac du soir, un rocher mal repéré viendra contrarier leurs plans. J'assiste impuissant au tangage progressif du canoë qui se remplit inexorablement. Récupération plus compliquée: le courant est puissant et emporte les réserves d'eau potable 600 mètres plus en aval. Je rattrape les bidons et repère un coin cool pour la nuit. Une heure plus tard les tentes sont montées, la corde à linge est tendue et un grand feu crépite. Aucun problème pour s'endormir, on est vannés mais heureux.

prades Allier camping canoë canoeing le Haut-Allier canoeing le Haut-Allier
Techneekolor canoeing le Haut-Allier  canoeing l'Allier 



Jour 2: La déchirure.



Après les fous rires du petit déj sur le style flegmatique très british de Mathieu à chaque foi que le canoë coule, nous empaquetons et embarquons tardivement. Quelques hérons plus tard le premier barrage apparait au loin. Il est équipé d'une passe à poisson et d'une glissière en rive droite. Le binôme opte pour un portage alors que je décide de prendre la glissière. Christophe me fait flipper:" la vague en sortie est trop grosse, tu risques de te retourner et il y a trop de  rappel". Je me rabats sur une glissade sur le barrage. Le canoë racle sur le radier. Je ne le sais pas encore mais je viens de tuer mon embarcation: une déchirure de trente centimètres vient de se produire sous le gonflable.

Puis vient Langeac, ses berges de béton et son pont très moche! Après 24h en pleine nature on sent bien qu'on arrive en ville. Mathieu et moi partons en quête d'un robinet d'eau potable et d'un Tabac ouvert entre midi et deux! Un seul briquet pour trois personnes c'est un peu léger. La traversée de Langeac en tenue de canoë et gilet de sauvetage vaut son pesant de cacahuètes. L'autochtone hallucine et je me régale d'entendre le floc-floc de nos chaussons Néoprène à l'intérieur du PMU. Petit café en terrasse face à un affichage municipal indiquant une température de 16°, c'est mieux qu'hier. L'après midi est rythmé par une pause lunch sur une presqu'île herbeuse, un barrage bien intégré dans la nature et un train de vagues sur près de 50 mètres qui m'évoque une session de rodéo. Vers 18h nous arrivons sur une belle petite plage au milieu d'une prairie. en retournant le canoë pour le faire sécher je m'aperçois du drame. Je passe une heure à réparer avec deux tubes de Néoprène et un morceau de chambre à air. Rien n'y fait, ma rustine de campagne ne veut pas tenir, je suis abasourdi, l'univers vient de s'arrêter de tourner! Comment vais-je pouvoir vivre sans mon canoë??? Par chance la partie gonflable n'est pas endommagée, seul l'enveloppe de protection est sectionnée, mais chaque secousse de bateau agrandit la déchirure. Nuit  mouvementée et agitée.

P1020576 canoeing le Haut-Allier 
P1020591  P1020596 



Jour 3: Sunny day



Matinée très fraiche, les tasses de thé restées dehors sont pleines de glace. Ce matin je n'ai pas la pêche, je fonctionne au ralenti. Nous passons Chilhac et son pont suspendu avant d'entrer dans Lavoûte-Chilhac, chouette bourgade dotée d'une belle église et du prieuré Sainte Croix, immense batisse trônant fièrement sur les rives de l'Allier. Un superbe pont de pierre et quelques maisons à fleur d'eau entourent une petite plage. Les gars ont vu un bistrot et comme ça fait déjà deux jours qu'ils évoquent le fait qu'ils sont sans alcool, ils ont une envie subite de "faire du tourisme"… Je les abandonne et conviens de pagayer une heure de plus avant de les attendre dans un coin sympa pour le déjeuner. J'en profite pour m'offrir une séance de total bronzing sur une prairie fleurie avant leur arrivée.

L'après midi s'écoule tranquillement, le soleil chauffe de plus en plus et les tenues néoprène deviennent plus difficilement supportables. A Villeneuve sur Allier nous nous arrêtons sous le pont suspendu après avoir admiré la chapelle de St Ilpyze. Non loin de là nous trouvons un squat pour le bivouac du soir, il est 17h et chacun profite des deux heures et demi de soleil restant pour vaquer a ses occupations favorites ( baignade, pagaie, bronzage…) Au loin passe un troupeau de vaches.

canoë Allier Techneekolor 
P1020631 P1020653.JPG 



Jour 4: L'écope



Réveil tardif et un gros coup de flip: le 'Old Town' a disparu! Je jette un oeil dans la tente du binôme, ouf! Mathieu est absent, il a du partir faire un tour. Une heure plus tard il est de retour mais sans les croissants! "J'ai oublié mon porte-monnaie mais j'y retourne" Une heure de plus s'écoule et le verdict tombe: la boulangerie est fermée! Déception. Le troupeau de vaches repasse dans l'autre sens, cette fois la caméra est prête. On replie les tentes mais trop lentement, les vaches sont déjà sur la prairie et nous font clairement comprendre qu'on bloque l'accès à la rive, il faut décoller rapidement. Quelques coups de pagaie plus tard nous arrivons sur une série de petits rapides avec un chouette emplacement pour les tentes et un micro débarcadère. Nous décidons d'y passer notre dernière journée, il fait chaud: 26° et les gars vont pouvoir profiter d'un espace de training sans avoir les sacs et les bidons qui alourdissent le canoë. Quand à moi je dégonfle ma baudruche en constatant les dégâts de cette rando. "Viens faire un tour sur l'autre", pas envie, j'en profite pour faire de la prise de vue vidéo. Après la pause de la mi-journée les collègues partent explorer le bras d'eau qui ressort du moulin d'en face. Ils reviennent éberlués: " On vient de retrouver l'écope perdue le premier jour lors du dessalage!" Retomber dessus 50kms plus loin et trois jours plus tard? Yes, Shiva power!

Allongé dans les pissenlits je regarde voler un groupe de milans, le village au loin est magnifiquement suspendu au dessus de l'Allier, demain on reprend la route. Cette nuit je vais rêver d'un Gumotex, le Baraka précisément. Ca y est, je suis Whitewater Addict!

canoeing le Haut-Allier P1020655.JPG 
canoë Techneekolor P1020687.JPG 




 

 

allier-carte-.jpgCliquer pour agrandir

 


 


Canoeing le Haut-Allier (video)

 

 

 


 
 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

 

Voir aussi les récits et vidéos canoë sur : 

seine
la Loue02  03-La limpidité de l'eau m'évoque la Loue 

IMG313

 pour blog  Baie-Somme-google  

 

100 4009 

 

La Loire (Berry-Bourgogne) 

La Seine (Aube)

L'Yonne(Bourgogne)

L'Aube(Champagne-Ardennes)

La Loue(Jura et Doubs)

L'Armançon(Yonne-Bourgogne)

La Baie de Somme(Picardie+ virée Nord/Pas de Calais): Canoeing avec les phoques

Le Verdon(Alpes de Haute-Provence)

 

 

...

Retour au Menu Canoë

Partager cet article

Repost 0

commentaires